Accueil

  • 2020 - Marche des libertés

Rezé à Gauche est une association loi 1901 qui soutient les élu·es issu·es de notre liste lors des municipales de 2020.

Soucieux de démultiplier les compétences de gestion de notre collectivité, les trois élu·es de la mandature précédente (Marie Tenailleau, Dominique Caillon et Blaise Clément) ne se sont pas re-présenté·es et ce sont Catherine Desgranges, Jean-Michel Soccoja et Maxime Vendé qui représentent désormais l’association au conseil municipal.

Nos élu·es sont disponibles pour rencontrer et écouter les Rezéennes et les Rezéens. N’hésitez pas à nous contacter.

Rezé à Gauche Toute soutient les collectifs Stop Carnet, Stop Tafta et Ceta, la Ligue des Droits de l’Homme, le CéDpa.

Police municipale : pourquoi dire NON ?

  • Parce qu’aux municipales,  Rezé ne s’est pas prononcée pour la police municipale
    • Rezé Citoyenne, arrivée en tête, proposait dans son programme une consultation.
    • Une conférence citoyenne a donc étudié la question de la tranquillité publique.
      Divisée sur l’idée de la police municipale, elle n’a pas proposé d’en créer une.
    • À Rezé c’est historiquement la droite, minoritaire,  qui réclame une police municipale.
  • Parce que ça coûte un pognon de dingue
    • Des centaines de milliers d’euros annuels pour une poignée de policiers.
    • Augmenter les effectifs de la tranquillité publique, oui ! Mais mieux vaut embaucher plus de personnes dans une mission de médiation, ou mieux utiliser ce budget de la ville.
    • L’équipe municipale présente un budget similaire avec ou sans police municipale,
      mais minimise notamment le coût du matériel : voitures, équipement, armes…
  • Parce que les difficultés de recrutement ont des conséquences néfastes
    • Aujourd’hui des milliers de postes de policiers municipaux sont non pourvus.
    • Plusieurs villes de la métropole et la police des transports recrutent mais n’ont toujours pas
      leur effectif complet.
    • Les policiers municipaux font jouer la compétition entre villes et vont au plus offrant :
      là où on leur offre le plus haut salaire et le plus d’armes…
  • Parce que la police municipale ne répond pas aux attentes de la population
    • Les cambriolages ? Seule la police nationale peut intervenir.
    • Le trafic de stupéfiants ? Seule la police nationale peut intervenir.
    • Les halls d’immeubles, les transports, la sécurité routière ? Autant de missions
      que remplissent déjà les éducateurs, les médiateurs, les ASVP… renforçons leur action !
  • Parce que ça ne fait pas baisser la délinquance
    • Nice, Levallois-Perret, ou plus près de nous Nantes ou Saint-Herblain, comme bien d’autres villes, payent une police municipale depuis des dizaines d’années.
    • Nulle étude n’est jamais venue montrer un lien avec une baisse de la délinquance.
    • À part la droite, l’Etat et les médias des milliardaires, qui croit à cette fable ?
  • Parce que vivre ensemble, on le fait déjà sans police municipale
    • Rezé, vivante, plaisante et qui attire des habitant·es, le montre au quotidien.
    • On organise déjà de nombreuses manifestations sans police : le feu d’artifice de la fête nationale,
      les marchés, les fêtes des Caillebottes ou des écoles…
    • Pour la répression des faits graves, l’Etat doit assumer sa mission au travers de la police nationale. N’accompagnons pas l’abandon de ce service public.

Votez NON à la création d’une police municipale !
Rendez-vous au bureau de vote le 2 octobre : 8h-18h, procuration possible au commissariat 


Et une fois qu’on a dit non, on fait quoi ?

  • Privilégions la solidarité, l’accompagnement, l’éducation
  • Renforçons l’équipe de médiateurs de la ville
  • Mettons l’état en face de ses responsabilités
  • Et bien plus encore !

E-mail : contact@rezeagauchetoute.fr / Site web : rezeagauchetoute.fr